Etude Clinique

Une étude clinique sur l'effet des phyto-estrogènes, utilisés dans les produits WeeUp, sur l'augmentation mammaire a été menée par des médecins en Corée du Sud. Bien que les résultats individuels puissent varier, les résultats sont très convaincants.

Augmentation mammaire par l'effet des phyto-estrogènes

 

Jin Wha Chung

Le phytoestrogène a un effet positif sur l'ostéoporose, les maladies cardiovasculaires, les bouffées vasomotrices et autres symptômes post-ménopausiques. Et le but de cette étude était d'évaluer l'effet des phyto-œstrogènes sur l'augmentation de la taille des seins sur le plan clinique et histologique. Les résultats montrent une augmentation significative de la poitrine dans le groupe ayant pris des comprimés de phyto-œstrogènes ([PEITO) et dans l'étude sur les souris, le groupe d'étude a montré plus de lobules et plus de cellules de canal dans les lobules que le groupe de contrôle histologique. Les résultats signifient que les phyto-estrogènes ont un faible effet œstrogénique sur les structures lobulaires du tissu mammaire et augmentent finalement leur taille sans aucun effet secondaire significatif.

1. Introduction

Les seins des femmes augmentent pendant l'adolescence et la grossesse et, dans une moindre mesure, le même phénomène se produit pendant la période menstruelle.

Tous ces phénomènes concernent les hormones féminines. L'augmentation mammaire résultant des hormones a été cliniquement rapportée chez les patientes qui prennent des hormones œstrogènes, des antidépresseurs et des contraceptifs. En outre, on sait que des substances telles que les hormones féminines, la prolactine et les facteurs de croissance jouent un rôle dans le déclenchement de ces réactions, en stimulant les récepteurs d'œstrogènes répartis dans les lobules et en modulant la division cellulaire et l'apoptose.

La chirurgie d'augmentation mammaire a été pratiquée sur des femmes pré-ménopausées dans le but d'améliorer la beauté, c'est-à-dire d'augmenter la taille des seins. Cependant, des problèmes tels que le coût élevé, l'infection post chirurgicale attribuée aux matériaux insérés dans les seins, le rejet des tissus, ont effectivement limité l'utilisation de ces procédures. En outre, ces dernières années, l'utilisation de l'œstrogène, une hormone féminine prise par les femmes ménopausées, a diminué en raison de l'augmentation de la fréquence des cancers du sein et de l'utérus résultant de l'utilisation à long terme de cette hormone.

Par rapport aux œstrogènes, les phyto-œstrogènes proviennent des plantes. Récemment, de nombreux aliments et extraits contenant cette substance ont été utilisés pour le traitement des symptômes de la ménopause, et il a été démontré que les phyto-estrogènes sont efficaces pour diminuer la fréquence des cancers du sein et de l'utérus, et pour prévenir l'ostéoporose et les maladies cardiovasculaires. Plus précisément, pour les Asiatiques comme les Chinois, et pour les Japonais vivant aux États-Unis, la fréquence du cancer du sein est faible. En outre, la fréquence des bouffées vasomotrices- l'un des symptômes de la ménopause - n'est plus que de 20%, ce qui est nettement inférieur à 80% des femmes occidentales. On pense que l'un des facteurs les plus importants est que les phytoestrogènes sont contenus dans de nombreux aliments communs aux régimes alimentaires asiatiques.

Depuis les années 1980, la recherche sur les phytoestrogènes est menée par les gouvernements américains et européens, ainsi que par les fabricants d'aliments à base de soja. Par la suite, de nombreuses femmes ménopausées ont pris des phyto-œstrogènes comme alternative naturelle à la lumière de leurs préoccupations concernant les effets secondaires du traitement hormonal utilisé auparavant. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a déclaré en 1999 que les aliments contenant plus de 25 grammes de protéines de soja [tels que le soja, le lait de soja, le tofu, etc.] présentent de faibles quantités d'acides gras saturés et de cholestérol, et qu'ils sont efficaces pour prévenir les maladies cardiaques. Lamartiniere et autres (1998) ont affirmé qu'une injection de génistéine, un type de phyto-œstrogène, à une souris de moins de 50 jours favorisait la différenciation et la maturation des glandes mammaires et contribuait ainsi à réduire l'occurrence du cancer contre un agent cancérigène. Wang et al. (1995) ont affirmé qu'une injection de l'isoflavone formonénéline dans la souris dont l'ovaire a été enlevé a conduit à l'augmentation de la prolactine dans le plasma sanguin et donc à l'augmentation des lobules. Au cours de nos expériences sur l'induction de l'ostéogenèse contre l'ostéoporose, nous avons spéculé que si, pour les jeunes femmes préménopausées, la prise de phyto-œstrogènes favorise la différenciation et le développement des glandes mammaires et augmente ainsi la taille des seins, elle pourrait être une alternative à la chirurgie d'augmentation mammaire - qui, malgré sa large utilisation, a été très répandue avec des effets secondaires - et à d'autres médicaments. C'est pourquoi nous avons conçu cette expérience.

2. Méthode

Le PEITO (Produit de la Belgique) a été utilisé dans cette étude. Un comprimé de ce produit pèse environ un gramme (0,996+0,023 gramme) et est composé de substances extraites du houblon, du sarrasin, des graines de fenouil, du seigle, de l'orge, etc. Afin d'analyser les ingrédients de ce produit, il a été broyé avec un mortier et écrasé avec un homogénéisateur rempli d'un litre de méthanol à 100%, après quoi les substances efficaces qu'il contient ont été extraites. Tous ces processus ont été répétés trois fois et le surnageant a été recueilli, concentré puis redissous dans une petite quantité de méthanol pour une concentration finale de 50 %. Il a ensuite été chargé sur une colonne saturée de résine de chromatographie d'interaction hydrophobe. Par conséquent, nous avons confirmé par chromatographie que ce produit contient une grande quantité de génistéine et de diadzéine.

1) Expérience avec les femmes préménopausées Nous avons fait prendre les comprimés PEITO à trente femmes préménopausées de 24 à 35 ans (âge moyen 27,3 ans) pendant 6 mois sans interruption. Elles prenaient 10 comprimés par jour cinq le matin et cinq l'après-midi 30 minutes après chaque repas. Le poids et la taille des seins des participantes ont été mesurés au début, avant la prise des comprimés, puis à nouveau trois mois et six mois après la prise des comprimés. La taille des seins a été mesurée dans une position debout, et les valeurs de la fonction hépatique {SGOT/PT] et rénale IBBUN/Créatinine) et du cholestérol ont été comparées par des analyses sanguines.

2) Expérimentation animale avec des souris Trente souris femelles ont été divisées en deux groupes un groupe expérimental et un groupe témoin. Elles étaient âgées de 12 semaines, pesaient de 140 & 200 grammes et appartenaient à la souche Sprague-Dawley. Pour le groupe de controle, nous avons donné une alimentation variée sans haricots (Shin Chon Feed, Kimpo Kyunggido)et de l'eau du robinet, tandis que pour le groupe expérimental, nous avons ajouté 10 comprimés de PEITO broyés par jour au méme régime que celui utilisé pour le groupe de contrôle. Nous avons obtenu des lobules à partir des souris abattues après trois mois d'expérience. Les lobules ainsi obtenus ont été fixés par trempage dans une solution de formol à 10% pendant 12 heures. Les tranches de tissu de 5 mm d'épaisseur ont été obtenues par des procédures courantes de production de tissu et soumises & une coloration l'hématoxyline et 4 l'éosine (H&P) [certains mots sont illisibles]. Nous avons d'abord examiné les tissus du mamelon sous un grossissement de 40 fois et, sur cette base, nous avons comparé le nombre de lobules situés dans la couche musculaire hypodermique. Nous avons également comparé le nombre de cellules qui constituent les lobules sous un grossissement de 100 fois.

3. résultats

Le poids moyen de 30 femmes est passé de 53,7 kg au début 4 54,4 kg en six mois, et la taille moyenne des seins est passée de 84,3 cm ( 33,19 pouces) au début & 87,9 cm (34,61 pouces) en six mois. Afin d'exclure l'effet de l'augmentation des seins par le poids accru des participantes, nous avons comparé les résultats à intervalles de trois mois : le début, trois mois et six mois. Bien qu'il n'y ait pas eu de différence significative dans l'augmentation des seins entre le 1er 3 mois (0,7371, p=0,3659)et les 3 mois suivants (-1,0665, p=0,1122), la différence entre le 1er mois et le 6eme mois était significative (1,8036, p= 0.0038).

Statistiquement, nous avons utilisé la méthode Bonferroni pour la valeur p, en prenant une estimation négative pour indiquer que la taille de la poitrine mesurée 4 un moment ultérieur était supérieure à celle mesurée au moment précédent. Nous avons vérifié les éléments indiqués sur l'analyse de sang avant et après les expériences, et aucune différence significative ou condition anormale n'a été examinée.